Une histoire d’ingrédients
Partager !

Sur deux victoires consécutives en Ligue 1, le Stade Rennais a renoué avec le succès au Roazhon Park après avoir été bon dernier du classement à domicile. Un bol d’air dans un début de saison pour le moins compliquée. Entre incertitudes et espoir, Julien Stéphan ne semble pas avoir encore trouvé la bonne recette pour tirer le meilleur parti de son collectif. Des points noirs mais pas que ! La montée en puissance de certains joueurs nous laisse entrevoir que la mayonnaise peut (va ?) prendre.

Un soupçon de panique

Dans l’insouciance et la chaleur de l’été 2019, les supporters des Rouge et Noir gardent tout de même un œil sur les dernières heures du mercato estival du club. Des noms clinquants traînent ici et là sur les réseaux sociaux mais niveau signatures officielles, nous sommes loin du compte ! Après la surprise « Morel » et autre « Salin », les aficionados Rennais commencent à s’impatienter. Alors que certains de nos concurrents directs semblent se renforcer intelligemment (comme Bordeaux avec Mexer, Koscielny et Kwateng par exemple), ici c’est plutôt le calme plat. Mais beaucoup moins dans le sens des départs ! Un à un, plusieurs de nos cadres filent à l’anglaise (voir au chômage…), faisant naître des idées d’ailleurs dans les têtes de certains comme Benjamin Bourigeaud.

L’inquiétude commence à pointer le bout de son nez chez les fervents du club. A raison puisque les départs ne semblent pas être compensés par des arrivées. En fin de mercato, Güclü puis Raphinha et Martin rejoindront les rangs Rouge et Noir. Sur le papier, des bons éléments mais peu connus pour les 2 premiers cités, n’ayant jamais évolués en Ligue 1 (ou peu). Un marché des transferts qui ressemble à celui de l’année dernière finalement ! Là aussi, le Stade Rennais avait perdu son épine dorsale (Gnagnon, Prcic, Khazri), les arrivées avaient été tardives et des points d’interrogations flottaient au-dessus des têtes de Mbaye Niang et Hatem Ben Arfa. Si le parcours en Ligue 1 avait été plus que moyen, la victoire en Coupe de France et le parcours en Europa League nous avaient fait oublier tous ses désagréments du début de saison.

Le sel et le poivre

Le Stade Rennais, club d’exploit en 2019, a pu bénéficier de duos, de paires exemplaires, dans son collectif. Hamari Traoré et Ismaïla Sarr à droite, c’était de la percussion, de la vitesse … et des caviars pour les attaquants ! Une complémentarité qui n’existe plus aujourd’hui, avec un Traoré en deçà de son niveau sans son compère offensif avec qui il combinait si bien. La défense centrale Da Silva-Mexer était aussi une de nos satisfactions. Un roc et un joueur plus technique, l’association parfaite en somme. Edson Mexer s’en est allé en fin de contrat et Damien Da Silva s’est retrouvé aux côtés dès fois de Morel, dès fois de Gélin et dernièrement, surtout aux côtés de Gnagnon.

Si Jérémy Morel n’a pas signé au club pour être un titulaire indiscutable, Joris Gnagnon semble vouloir se « relancer » au Stade Rennais, après une mauvaise saison à Séville. D’ailleurs, on peut s’interroger sur le fait de se relancer dans un club qui vise le haut de tableau et “feu” une qualification en 16ème d’Europa League… Mais alors qui en défense centrale ? Damien Da Silva, comme son comparse Traoré, semble en-dessous cette saison. On peut aussi se questionner sur cette mise au banc de Jérémy Gélin, certes très mauvais contre Reims, mais qui ne l’a pas été au moins une fois cette saison ? Son début de saison compte-t-il pour du beurre ?

Du pain sur la planche pour Stéphan

Une défense toujours en chantier donc, qui encaisse au moins un but par match toutes compétitions confondues depuis mi-septembre. Le départ de Bensebaïni n’est pas non plus étranger à ces contre-performances. L’Algérien, également très à l’aise sur phases offensives, s’épanouit aujourd’hui en Allemagne. Jérémy Morel alterne avec Faitout Maouassa sur le flanc gauche de la défense. Ce dernier a d’ailleurs été l’un des rares à mettre les bouchées doubles lors de la très mauvaise passe du club (défaite à Monaco, défaiteS contre Cluj), scorant même face aux Monégasques après un incroyable rush. Elu meilleur joueur du mois d’octobre par vos votes, Faitout semble malgré tout encore un peu trop tendre par rapport à son ancien co-équipier, véritable guerrier sur le terrain.

En parlant de guerrier. Difficile de faire l’impasse sur le départ de Benjamin André, ancien capitaine et véritable leader au sein du club pour qui il a évolué 5 ans. Car il est possible que le problème du Stade Rennais se pose là. Aujourd’hui, qui est le leader du groupe ? Autre questionnement, qui est le leader technique ? Aussi agaçant que talentueux, Hatem Ben Arfa l’était ! Clément Grenier, sensé prendre ce rôle, n’est pas vraiment dans son assiette en ce début de saison, étant même exclu du groupe lors de la réception de Toulouse. Son absence pour maladie contre Amiens nous a montré que cela fonctionnait aussi sans lui. Un mauvais point pour le milieu, d’autant plus avec l’émergence d’Eduardo Camavinga et le possible retour de blessure de Jonas Martin.

Comme un poisson dans l’eau

Rassurons-nous, il y a des motifs de satisfaction ! Si Adrien Hunou semble surfer sur sa saison passée en étant régulièrement décisif, que dire d’Eduardo Camavinga ! A la récupération, il nous ferait presque oublier notre ancien capitaine. Encore jeune et inexpérimenté, celui qui vient d’honorer sa première sélection en équipe de France Espoirs affiche une très belle marge de progression et devrait nous régaler encore et encore. Raphinha monte également en puissance, marquant son premier but dimanche face à Amiens. Des bonnes nouvelles donc, même si la sensation de ses derniers jours reste Romain Del Castillo. Intelligent dans ses déplacements et bon dribbleur, il propose des solutions à ses partenaires avec en cerise sur le gâteau, une passe décisive le weekend dernier.

Quid de Flavien Tait ? S’il a pédalé dans la semoule en début de saison, espérons qu’il affiche le niveau qu’on lui connaissait à Angers au moment de refouler les pelouses de Ligue 1 avec le Stade Rennais. Ses qualités offensives pourraient parfaire notre côté gauche, trop souvent limité à défaut de savoir qui y mettre. Alors que la relation entre Julien Stéphan et son président ne semble pas au beau fixe, ce dernier n’a pas remis d’huile sur le feu en interview après la défaite face à Cluj, synonyme d’élimination en Europa League. Oui, le Stade Rennais a perdu en qualité mais possède tout de même un effectif capable de s’en sortir en Ligue 1. Le club a besoin de sérénité et rien de mieux qu’une victoire avant la trêve pour s’entraîner en toute quiétude !

Si tout n’a pas été parfait en ce début de saison, il apparaît évident que le collectif est à reconstruire. Tout comme l’année dernière ! Et vu ce que nous avons connu avec le club par la suite, ne faisons pas la fine bouche, la patience est de mise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?