M’Baye Niang : entre reconquête et espoir..
Partager !

Arrivé sur les bords de la Vilaine il y a près de 2 mois, c’est un M’Baye Niang sûr de lui et ambitieux qui s’est présenté devant les médias aux côtés du Président O. Létang. Focus sur l’éternel espoir au parcours chaotique qui entend redorer son image dans la capitale Bretonne..

Une arrivée… Et des interrogations :

Dès que la rumeur a filtré sur les réseaux sociaux, les supporters rennais et autres inconditionnels de la L1 n’ont cessé de s’exprimer sur son cas. En effet, sa venue fait débat, tant par le joueur lui-même que par l’image péjorative qu’il reflète. Son apport et ses statistiques qui ne le mettent pas en valeur pour un joueur au registre offensif vont également dans cette voie. La saison dernière, M’Baye Niang a déçu : 29matchs toutes compétitions confondues pour 4 petits buts avec son club du Torino, trop juste pour un buteur… De plus, son image est souvent associée à celle d’un enfant prodige qui n’a jamais su confirmer les attentes placées en lui. Il suffit de faire un tour dans sa jeunesse pour s’apercevoir de sa précocité.

Toujours surclassé depuis ses premiers touchers de balle au club de son quartier des Mureaux, à son développement du côté de Poissy ainsi qu’en catégories de jeunes à Caen, de nombreux espoirs étaient alors placés sur M’Baye. Les éducateurs et ses proches n’en doutent pas, le franco-sénégalais a des qualités au-dessus de la moyenne. Ses débuts en L1 au Stade Malherbe de Caen à 16 ans, 4 mois et 18 jours restent pourtant gravés dans les mémoires. C’est précisément lors de la saison 2010-11 et un maintien conquit dans les dernières journées par les Normands que le natif des Yvelines se montre aux yeux du grand public. Avec 3 buts (en 7 apparitions), c’est LA sensation de cette fin de saison.

Mais depuis plus rien, ou presque.. Du haut de ses 23 ans, il totalise déjà 7 clubs. D’un transfert au prestigieux Milan AC à l’été 2012, il fut prêté ensuite à 4 reprises parmi lesquels un passage en Angleterre à Watford, en Italie au Génoa puis au Torino mais surtout un passage controversé en 2014, à Montpellier. Il n’aura pas laissé un souvenir radieux dans l’Hérault où l’image de sa Ferrari encastrée contre un arbre demeure l’unique souvenir de son temps là-bas.

Rennes, point de chute idéal pour un peu de stabilité ?

M’Baye lors de la conférence de presse à son arrivée

Au sortir d’une Coupe du Monde réussie avec le Sénégal, la possibilité de pallier au départ de Diafra Sakho, guère efficace sous le maillot Rouge et Noir, et face à la situation dans laquelle se trouvait le lion de la Teranga, la possibilité d’un prêt s’offrait alors.

Non loin de là où il a découvert les rouages du monde professionnel, Rennes paraît être le club et l’environnement adéquat pour se relancer et s’épanouir. Ses premiers mots sous la tunique rouge et noire sont assurés et plein de lucidité. Cela consiste un véritable pari pour le duo Lamouchi/Létang, d’autant plus pour ce dernier qui a vanté les mérites du club à aller chercher un joueur « courtisé par de très bonnes écuries européennes ».

De plus, cette arrivée donne au coach Lamouchi la certitude de pouvoir compter sur un effectif fourni en attaque. Sa venue en complément de J.Siébatcheu, arrivé lui au début de mercato en provenance de Reims, permet de s’octroyer du turn-over intéressant, d’autant plus que le club est soumis à un calendrier chargé. Alors M’Baye se doit être plus décisif. « Aimer faire jouer les autres, aller au duel » pour reprendre ses propos ne suffira pas à satisfaire le public rennais, exigent, et qui attend de lui qu’il se montre dans la zone de vérité.

Pour lui comme pour l’équipe, il y a la nécessité de performer, et vite ! Attendu au tournant pour son premier but dans le jeu, Niang retrouvera dès ce week-end son club formateur (déplacement à Caen ce samedi), espérons que cela lui porte chance !

Des débuts laborieux :

Il effectue ses premiers pas lors du déplacement à Nice, le 14 Septembre dernier, pour une piteuse défaite 1-2. Niang fait rapidement valoir ses qualités de percussion et de puissance sur le côté lors de ses entrées mais est rapidement rattrapé par sa condition physique. De ce fait, il paraît incapable d’effectuer 90 minutes. Rentré en cours de match contre Toulouse et inscrivant son premier but sur penalty, le néo-rennais accuse le coup physiquement en fin de match se faisant d’ailleurs remplacer.

A l’image de l’équipe, il peine à prendre confiance et semble toujours à la recherche de sensations qui feront la différence. Son expérience, malgré son jeune âge n’est pas à nier, mais l’attaquant ne répond pour le moment sûrement pas aux attentes de son Président. C’est même son coéquipier en sélection Ismaïla Sarr, dont ce n’est pas le poste de prédilection, qui lui est préféré pour évoluer à la pointe du 4-4-2, récemment utilisé pour la réception du Stade de ReimsEntré en jeu à la place de R.Del Castillo, également en difficulté, peu avant l’heure de jeu il se positionne sur le front de l’attaque. Là-encore, il n’apparaît pas à son avantage. L’absence de Siébatcheu pour cause de blessure pouvait lui permettre de s’exprimer d’avantage mais, en dézonant à maintes reprises, il témoigne de son impuissance à agir immédiatement sur le déroulement du match. A l’instar de l’équipe, le doute subsiste…Même si le potentiel est réel.

En conclusion, il reste maintenant à savoir si M’Baye Niang aura, d’ici la fin de saison, convaincu le Stade Rennais de lever l’Option d’Achat conséquente (environ 10M) qui le lie, encore aujourd’hui, au Torino

Kévin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?