Sabri Lamouchi : Un bilan contrasté…

Près d’un an après son arrivée (8 novembre 2017), Sabri Lamouchi aura réussi une très belle première saison avec le Stade Rennais, et beaucoup moins bien commencé la deuxième. Retour sur la première année de l’ancien international français, et une arrivée sur la pointe des pieds…

Une arrivée inattendue :

En effet, au sortir d’une victoire (1-0) contre Bordeaux le 3 novembre 2017, nous apprenons par plusieurs communiqués que R.Ruello, président en place depuis mai 2014 démissionne et que O.Létang le remplace, accompagné de J.Delanoë. L’ancien directeur sportif du PSG arrive donc avec une nouvelle casquette à Rennes, celle de Président délégué et manager général du club. Suite à cette annonce, C.Gourcuff, toujours en poste à ce moment là déclarait en après-match “Je ne connais pas Olivier Létang, mais ça m’étonnerait que quelqu’un qui soit parachuté vienne pour ce qu’on voulait faire“. Résultat, après une discussion entre les deux hommes, C.Gourcuff quitte la Piverdière, écœuré… Dans les heures qui suivirent, beaucoup de noms ont circulé dans les médias pour savoir qui allait succéder à l’ancien lorientais. A la surprise générale, c’est finalement Sabri Lamouchi qui est nommé à la tête de l’équipe.

A ce moment là, beaucoup estiment que Lamouchi n’est pas l’homme de la situation, qu’il manque d’expérience pour relever le club. Au soir de la J12, le Stade Rennais compte 15 points et est classé 10e. Les avis sont mitigés et une tendance pessimiste se fait même sentir sur les réseaux…

Finalement, celui qui ne comptait que deux expériences au haut niveau (sélectionneur de la Côte d’Ivoire puis entraîneur au Qatar, là où il avait terminé sa carrière de joueur) aura mit tout le monde d’accord, dès la fin de sa première saison…

Une première saison triomphante :

Il aura donc fallu attendre près de 7 ans avant de revoir le Stade Rennais en coupe d’Europe. Au soir de la J38 et avec la réception de Montpellier, les Rouge et Noir empochent un dernier point et finissent à la 5e place (avec 58 points), synonyme de qualification directe en Europa League.

Crédits : Breizh Images Inside
Reflet de la communion entre joueurs et supporters

Lamouchi aura donc réussi à convaincre l’ensemble des supporters en très peu de temps. En s’appuyant sur un Wahbi Khazri renaissant, l’entraîneur rennais aura réussi à rapidement prouver (1 défaite et 3 victoires sur les 4 premiers matchs). Il aura aussi pu compter sur de nombreuses révélations. En effet, J.Léa-Siliki est l’une d’elle. Sur la fin de son service, C.Gourcuff avait alors replacé le jeune ailier en milieu récupérateur. Rapidement performant à ce poste, et bien meilleur qu’avant sur un côté, Léa-Siliki aura donc profité au nouveau coach. J.Gélin lui aussi a rapidement convaincu en défense, formant un duo très jeune et made in Rennes avec J.Gnagnon. B.Bourigeaud a lui finit meilleur buteur et passeur, quant à Khazri, il incarnait l’expérience et le joueur fort en pointe. Tout au long de la saison, mais surtout depuis l’arrivée du duo Létang-Lamouchi, le groupe aussi jeune soit-il faisait plaisir à voir. Des joueurs comme Gnagnon, Traoré, Léa-Siliki ou encore Maouassa incarnaient totalement la bonne humeur dans le groupe. Côté Stade, les moments de communion avec le RCK étaient de plus en plus fréquents et un lien particulier s’était établi entre joueurs et supporters.

Cette première saison a donc été une réussite totale pour le nouvel entraîneur, tant en championnat qu’en Coupe (demi-finale de Coupe de France en ayant entre autre éliminé l’OM aux tirs aux buts). Désormais, place aux vacances, puis à la Coupe de Monde pour certains. En interne, il est désormais temps de se projeter sur la saison à venir et de renforcer l’effectif avec des profils ciblés, capables de s’inscrire dans un collectif qui jouera fréquemment tous les trois jours.

Mais le mercato n’aurait-il pas fait défaut à l’entraîneur ?

Un début de saison compliqué :

11 points en 9 matches, c’est le bilan très insatisfaisant du Stade Rennais en ce début de saison. Après seulement 4 points de pris sur les 5 matches du mois de septembre en championnat (sur 15 points possibles), les hommes de Lamouchi ont enfin su réagir face à Monaco. En effet, en déplacement sur le rocher, l’équipe s’est enfin imposée. Cette victoire était indispensable au moment où les critiques étaient de plus en plus nombreuses et les doutes de plus en plus insistants. Cette victoire, en plus de faire passer nos Rennais de la 16e à la 11e place a permis d’envisager plus sereinement la trêve internationale. Désormais, cap sur le déplacement à Saint-Etienne, cinquième au classement, puis sur la réception du Dynamo Kiev, troisième du groupe d’Europa League. Le calendrier sera donc chargé dès la reprise et sera impératif de répondre présent.

Justement, côté Europa League, après une victoire in-extremis face à Jablonec fin septembre à domicile, les Rouge et Noir ont déçu face Astana. Encaissant le plus lourd déplacement de son histoire (plus de 5000 kms et 7h30 d’avion) au Kazakhstan, les Bretons n’auront pas réussi à faire bonne figure, défaite 2-0… Actuellement deuxième de son groupe, le Stade Rennais va maintenant devoir faire face au Dynamo Kiev pour deux affrontements qui s’annoncent décisifs. Comme dit précédemment, le club Ukrainien pointe actuellement à la troisième place et a donc l’obligation d’obtenir des points. Cette double confrontation, en commençant le jeudi 25 octobre à domicile risque donc d’être très intense. Le Dynamo qui était dans le chapeau 1 lors du tirage à l’indice UEFA, et donc théoriquement meilleure équipe du groupe devra faire face à une équipe qui est elle inexpérimentée sur la scène européenne. Les Rennais n’ont cependant pas une équipe inférieure sur le papier, ces affiches risquent donc de tenir toutes leurs promesses…

Votre avis sur le groupe d’Europa League :

Une gestion complexe de l’équipe type :

En ce début de saison, “Coach Lamouchi” est confronté à de nombreux dilemmes… Où faire jouer Ben Arfa ? Qui mettre au poste de gardien ? Quelle charnière ? Autant de questions qui doivent fuser dans l’esprit du coach rennais…

Pour répondre à la première, il faut déjà que le principal intéressé puisse jouer. En effet, après une saison blanche au PSG, la première mission était de refaire jouer Hatem Ben Arfa. Enchaînant les matchs petit à petit, l’international français gratte peu à peu du temps de jeu, jusqu’à finalement avoir déjà joué deux matchs entiers. Le dernier en date est contre Monaco, HBA a marqué et délivré une passe décisive, preuve qu’il n’a toujours pas perdu sa grinta ! Bien qu’il soit encore parfois juste physiquement, il n’existe aucun doute désormais pour dire que Ben Arfa est de retour, et nous avons hâte de le revoir à son meilleur niveau ! Cependant, son intégration dans le onze oblige Lamouchi à faire des choix. Avec Niang, Sarr, Siebatcheu, Bourigeaud, Grenier, Del Castillo ou Hunou qui revient de blessure, le secteur offensif est bien fourni et cela oblige donc l’entraîneur à composer différemment et à faire tourner, problèmes de riches diront certains… Evidemment, personne ne va se plaindre de cet effectif étoffé, mais il a suffisamment été réfléchi sur le plan offensif pour être paré à jouer tous les trois jours. Résultat, Grenier est descendu d’un cran, et le turn-over devant est très fréquent. Trop peut-être… Comme l’indique Rouge Mémoire, Sabri Lamouchi n’a toujours pas aligné une même composition depuis le début de la saison.

Conséquence directe, Benjamin Bourigeaud, meilleur joueur rennais la saison dernière en étant meilleur buteur et passeur TCC ne trouve plus vraiment sa place, bilan un but et une passe décisive en 11 matches cette saison… Tantôt milieu droit tantôt relayeur, il aura même fait quelques piges sur le banc. Comme évoqué en émission lors du débrief, l’ancien lensois est donc la principale déception de ce début de saison, espérons pour lui qu’il revienne vite à son top niveau.

Autre question majeure, qui aligner dans les buts ? Premièrement, il est important de revenir à la base, pourquoi nous posons-nous la question ? En effet, la saison dernière, T.Koubek, indiscutable à son poste faisait l’unanimité. D’un côté, comme le rapporte C.Revel, ex entraîneur des gardiens au SRFC “Quand il est arrivé, il a fait quelques erreurs, sauf que la dynamique est rapidement devenue bonne et quand on gagne, l’erreur est amoindrie médiatiquement, on peut dédramatiser“. Seulement voilà, en ce début de saison, le Stade Rennais a du mal à gagner, pire encore, il laisse bêtement des points sur des matchs abordables au premier abord. Dans ces moments là, il n’est pas évident de rester en forme et la l’international tchèque (9 séléctions) n’est pas exempt de tout reproche. Ses prestations face à Jablonec ou Amiens attestent de la mauvaise période que traverse le gardien :

Résultat, A.Diallo a remplacé T.Koubek pour trois matches, et le portier tchèque devrait retrouver sa place ce week-end contre Saint-Etienne. Cela lui aura permis de se remettre en question, “j’avais besoin de souffler” disait-il sur son compte Instagram. Espérons désormais qu’il soit passé au delà des critiques et soit enfin à la hauteur des espoir placés en lui car oui, quand Koubek est en forme, Rennes va bien.

Enfin, une dernière question subsiste, qui aligner en défense centrale ? J.Gélin, titulaire indiscutable la saison dernière aux côtés de Gnagnon, parti cet été à Séville semble en manque de repères sans son ancien compère… Le jeune international espoir a changé de statut, il doit désormais confirmer pour sa deuxième saison pro. Au premier abord, la paire qui se dégage serait donc Gélin-Da Silva mais voilà, les deux ne paraissent pas vraiment complémentaires et il est évident qu’une recrue avec une expérience européenne à ce poste là ne ferait pas de mal. En effet, bien que Da Silva ait une bonne expérience de la Ligue 1 (près de 140 matchs), il découvre à 30 ans la compétition européenne. Pour finir, Mexer en position d’outsider puisqu’il jouait peu la saison dernière a pris part à tous les matches cette saison en championnat. Mieux encore, il a été titularisé 8 fois sur 9. Bien que ses premières performances ont quelque peu déçu en tout début de saison, l’international mozambicain a pris confiance et répond désormais aux attentes. Lamouchi a donc tenté de placer Gélin en position de 6, juste devant la défense (son poste de formation) mais ses performances n’étaient pas vraiment celles attendues… Quelques jeunes comme Nyamsi ou Huard peuvent aussi prétendre à se faire une place dans l’effectif. Par ailleurs, G.Huard et B.Gautier étaient présents dans le groupe pour Astana en Europa League.

En conclusion, après plus de 11 mois aux commandes de l’effectif du Stade Rennais, Sabri Lamouchi aura triomphé pour sa première saison et a plus de mal en ce début de saison. La chose la plus importante est le soutien des supporters envers le coach. L’entraîneur devra désormais tout donner (comme le dit la nouvelle devise du club) pour bien repartir avec son équipe et faire bonne figure en Europa League, en attendant surement des renforts cet hiver…

Romain.

Un commentaire sur “Sabri Lamouchi : Un bilan contrasté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?