Un février presque parfait
Partager !

Souvenons-nous, à l’aube d’un mois de février fastidieux, le Stade Rennais endosse la stature d’un club de niveau européen. Des matchs tous les 3 jours donc, et un effectif mis au diapason avec pour objectif de prendre le bon wagon en championnat et d’assurer, au moins, une qualification en coupe.

1 mois, 8 matchs, et pas des moindres..:

“On voulait bien entamer février, c’est fait”, ce sont les mots de J.Stéphan au soir de la victoire contre Saint-Etienne, (3-0), le 10 Février. Avant cela, les réceptions d’Amiens puis de Lille avaient laissé perplexe. En effet, il aura fallu attendre la 82ème minute et un Mehdi Zeffane venu d’ailleurs pour venir soulager le Roazhon Park. Des rennais empruntés que l’on retrouvait 3 jours plus tard face au LOSC en coupe de France. Après avoir été mené au score, les R&N ont renversé la tendance en inscrivant 2 buts dans les dernières minutes par l’intermédiaire de Siébatcheu, devant un public clairsemé. De quoi réjouir l’entraineur au sortir d’une semaine compliquée qui aura laissé des traces. Outre le score sans appel et un contenu de qualité, la sortie sur blessure de Siébatcheu (absent jusqu’à la fin de la saison) ne rend pas copie parfaite… De quoi s’interroger sur le recrutement peu quantitatif de ce mercato d’hiver? A 4 jours du premier rendez-vous face au Réal Bétis, nul n’aurait pu prédire ce qui allait se passer.

Mais qu’est-ce qu’il s’est passé? On est qualifiés!

C’était trop tentant.. Et que ce fut bon! Revenons-en aux faits, un scénario incroyable, des supporters en liesse et un score de 3-1 à la mi-temps avant de prendre une leçon de football au retour des vestiaires. Difficile de résumer en quelques mots les émotions de ce match historique soldé par un match nul 3 buts partout. Un goût amer, mais avec malgré tout une pointe d’optimisme, si seulement…

En attendant, les rennais devaient mettre entre parenthèses leur épopée européenne afin de se reconcentrer sur le championnat et un déplacement compliqué sur la pelouse du Stade de Reims. Emoussés physiquement ou tournés vers Séville? Les joueurs n’y sont pas. Défaits 2 à 0 à l’instar du 28 Octobre dernier, c’était évidemment le match piège. Bref, passons… pour notre bien!

Le match aller aurait pu refroidir les ardeurs rennaises, il n’a fait que les renforcer… Rigoureux tactiquement et explosif en contre, Bensebaini sur corner (22′) puis Hunou (30′) décident du sort de ce match. Bien évidemment, tout paraissait trop parfait, les R&N encaissent un but avant la mi-temps par l’intermédiaire de Lo Celso au terme d’un 1/4 d’heure de souffrance. Seulement, en se dotant d’une conservation de balle équivalente à celle du Bétis, les rennais se donnent le droit de rêver, encore, avant que Niang nous fasse toucher les étoiles. L’arbitre peut siffler, c’est fini, le Stade Rennais l’a fait!

Un club insipide… Vraiment?

En allant s’imposer au Villamarin, le Stade Rennais a déjoué les statistiques et contribué à donner une image positive de notre chère Ligue 1 Conforama, en déplaise à la bande de l’Equipe du soir notamment (excepté M. Roustan), effaçant ainsi cette image du club de la “lose”.

Il est vrai que notre club ne nous a pas aidé, nous supporters (les vrais hein, pas ceux vêtus d’un jogging bleu dimanche dernier). Il est possible également qu’il nous aie fait subir plus de déceptions que d’enthousiasme, mais les émotions de ces moments-là valent plus que les états de tristesse dans lesquels notre club nous a plongé, parfois, souvent même. Alors savourons!

En conclusion, après son match nul contre l’OM à domicile, les rennais ne sont pas distancés en championnat. De plus, au terme d’un match maîtrisé contre Orléans, ils pourront s’offrir le luxe d’une 5eme demi-finale de coupe de France en 13 ans pour parfaire l’évolution du club.

De surcroît, le club dispose d’une bonne semaine afin de préparer ce que l’on peut d’ores et déjà nommer comme la double-confrontation de l’histoire du club. La réception d’Arsenal le 7 avant de s’envoler pour l’Emirates le 14, enfin pour ceux qui auront leurs places..

Kévin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?