Välkommen Jakob Johansson !

Arrivé libre dans un quasi anonymat et première recrue estivale du Stade Rennais, le Suédois Johansson commence à poser ses jalons au sein de l’effectif Rouge et Noir. Ce qui n’est pas pour nous déplaire, loin de là !

We love swedish !

Ahlala, Rennes et ses Suédois… Ca devient une vraie histoire d’amour c’t’affaire-là ! Déjà le 7ème à porter le maillot Rennais. Si rares sont ceux qui se souviennent du premier, Pär Bengtsson, serial buteur dans les années 50, nous avons bien en mémoire les cinq autres. Kim Källström et son formidable pied gauche, Petter Hansson et sa tête de viking furieux, Erik Edman et sa solidité (en tout cas la première saison), Andreas Isaksson et ses arrêts ou encore, Ola Tovoinen et ses ratés devant le but… Et oui, parfois les histoires d’amour finissent mal ! Ne doutons pas qu’il s’adaptera comme la plupart de ses compatriotes, même Erik Edman le dit !

Le héros du pays

On le connaissait peu Jakob mais pour celles et ceux qui ont suivi les qualifications pour la Coupe du Monde 2018, le nom de Johansson ne vous était pas inconnu. Héros lors du barrage aller face à l’Italie, c’est lui qui marque le seul but lors de la double confrontation et envoie ainsi ses partenaires à bon port, en Russie. Et laisse au passage l’Italie à quai. Pas de bol, lors du barrage retour (0-0), il se blesse en début de rencontre : rupture des ligaments croisés. Nous sommes en novembre 2017, le reste de la saison au sein de l’AEK Athènes se fera en tribunes. La Coupe du monde ? Elle se fera à la maison en Suède.

Un bon profil mais y’a un hic

Déjà pisté dans le passé par Toulouse et Valence, on ne peut pas dire que les supporters Rennais étaient enchantés lorsque le nom de Johansson a circulé dans la presse locale et ce, malgré ses bonnes saisons précédentes. Passé par toutes les équipes nationales de son pays natal, il totalise 195 matchs sous le maillot de l’IFK Göteborg pour une petite vingtaine de buts et 121 à l’AEK pour 10 buts, ça compte tout de même ! Surtout que son rôle n’est pas franchement offensif, le solide et hargneux milieu a plutôt une tâche de récupérateur. Autre particularité, Jakob Johansson ne récolte que très peu de cartons rouges, ce qui est plutôt rare quand on évolue à ce poste. N’empêche qu’une rupture des ligaments croisés, ça fait forcément grincer des dents. Des mois sans jouer c’est inquiétant mais surtout, quel niveau affiché une fois le joueur rétablit ?

Les premiers pas

Le nouveau numéro 13 du Stade Rennais n’a pas pu commencer la saison 2018-2019 en même temps que ses coéquipiers. En phase de reprise, il a débuté sous ses nouvelles couleurs avec les Espoirs de Rennes le 15 septembre. Le weekend suivant, il jouera l’intégralité d’un match mais avec la N3, pas question d’aller trop vite ! Il faudra patienter jusqu’au 4 octobre et la déroute du SRFC face à Astana pour voir les premières minutes de jeu du néo-Rennais. Encore 3 semaines supplémentaires à attendre pour voir Jakob Johansson titulaire ! Face à Kyev, Sabri Lamouchi décide de l’aligner d’entrée aux côtés de Benjamin André. Et s’il n’a pas été le plus rapide sur ce match, il s’est tout de même montré intéressant voir intelligent, notamment en obtenant un coup-franc près de la surface. Celui-ci sera par la suite transformé par Clément Grenier.

La maturité dont Rennes a besoin

La jeunesse de l’effectif Rouge et Noir est souvent pointée du doigt et nul doute que l’expérience du milieu de 28 ans peut faire du bien à toute l’équipe. Titulaire pour la première fois en Ligue 1 lors de la victoire face à Caen, Jakob Johansson a montré toutes ses qualités en matière de récupération mais pas seulement ! Car si c’est bien lui le joueur à avoir récupéré le plus de ballons sur ce match, on a surtout senti qu’il apportait un équilibre au sein du collectif. Quelque chose de rassurant se dégage lorsqu’il se trouve devant la défense avec Benjamin André, et Dieu sait que le Stade Rennais en a besoin ! La colonne vertébrale commence à se dessiner (avec Damien Da Silva en défense centrale) et c’est tout naturellement que le même milieu de terrain fût reconduit lors du derby face à Nantes.

Premier derby et premier but !

Après la désillusion du match retour à Kyev (auquel n’a pas participé Johansson), les Rennais avaient à cœur de remporter le derby face au FC Nantes trois jours plus tard. Dans un schéma classique, le Suédois est positionnée à côté du capitaine Breton et avec un Clément Grenier plus avancé. A peine 7 minutes de jeu après le coup d’envoi, le Stade Rennais obtient un coup-franc. Tiré par Grenier, c’est bien Jakob Johansson qui dévie la balle au fond des filets de Tatarusanu ! Explosion de joie au Roazhon Park ! Joie qui n’aura pas duré longtemps puisque quelques minutes plus tard, Sala égalise pour les Canaris.

Johansson, la bonne pioche ?

Et si c’était lui le bon coup du mercato ? Le feuilleton Ben Arfa avait pris le dessus sur toute l’actualité Rennaise cet été et c’est sans bruit que Jakob avait posé ses valises en Bretagne. Son nom était également moins « clinquant » que celui de M’Baye Niang mais en attendant, le Suédois laisse entrevoir de meilleures choses que ses deux autres partenaires. Intelligent, calme et solide, nous observons l’évolution de Johansson d’un bon œil. Un an plus tard, la blessure semble loin derrière lui et malgré le peu de matchs emmagasiné pour le moment au Stade Rennais, le sélectionneur Suédois n’a pas hésité à le resélectionner lors de cette dernière trêve internationale et même à le titulariser face à la Turquie ! Une rencontre remportée 1 à 0 par la Suède où Jakob a une fois de plus, réalisé un bon match. Du côté de Rennes, nous attendons la même régularité et pourquoi pas, quelques buts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?