Le Derby aurait-il perdu de sa valeur ?

Le Stade Rennais recevait ce week-end, pour le compte de la 13ème journée de championnat, son voisin nantais. Il ne vous a certainement pas échappé que le Roazhon Park n’affichait pas complet…

Il convient donc de se demander si le Derby de l’Ouest n’a pas perdu de son caractère ou n’est-il simplement que la conséquence des mauvais résultats sportifs…

Le contrecoup de l’Europe ?

En début de semaine, la sensation était particulière. A l’aube d’un déplacement au combien important à Kiev et à quelques jours du derby nantais, c’est avec excitation qu’était abordé ce nouveau virage pour la suite de la saison. Si bien qu’envahit par un doute habituel, le supporter rennais s’amusait à imaginer quelle pourrait être la suite accordée à son histoire… Nul n’aurait pu établir un scénario parfait, une telle déconvenue face au Dynamo Kiev (défaite 3-1) n’était pas envisageable.

Entre confiance et crainte, nous atteignons alors le paroxysme de la vie de supporter. Une atmosphère pesante règne dès lors, cette défaite s’avérant lourde de conséquences sur le plan sportif, mais pas que… Le club est une fois de plus dos au mur.

Ce sont les nerfs à vif que s’exclamaient les supporters à la fin du « non-match » effectué en Ukraine. Les joueurs, mais aussi et surtout l’entraîneur, étaient mis sur la sellette, et ce, pour la première fois véritablement. Des choix surprenants, d’autres plus compréhensibles, c’est avec un goût amer que le Stade Rennais met son épopée européenne entre parenthèses.

Alors, l’importance prise par l’Europa League laisse penser que ce derby, habituellement prestigieux aux yeux des supporters, ne se soit pris dans la tourmente d’une semaine compliquée, remplie de déceptions. 

Ce dimanche d’ailleurs, notre équipe est venue vous demander vos avis au pied du stade sur l’Europe et le derby :

La politique du club à l’origine?

Il convient d’aborder l’aspect social. Sur ses différents réseaux, le club n’avait pourtant pas cessé de communiquer au sujet de la réception des Canaris et ce, même 3 heures avant le match d’Europa League, quand bien même celui-ci était capital.

Erreur de communication ou non, le mal est fait chez certains supporters qui se demandaient quelles étaient réellement les priorités. Au bord de l’élimination, le club décidait malgré tout de continuer à promouvoir le derby de fin de semaine, certainement conscient du manque d’impact que pouvait résonner cette confrontation en rapport aux années précédentes.

Tandis que S.Lamouchi déclarait, à propos du derby à La Beaujoire en fin de saison dernière, vouloir que « les stades soient pleins, que nos acteurs fassent de belles prestations de manière à promouvoir notre sport à l’international », ce n’est pas véritablement ce qui a pu être constaté ce dimanche. Et pour cause, les tarifs mis en place par la direction étaient démesurés comme le démontre le prix d’une place étudiant en Ouest-France Haut oscillant autour de 30€ (il fallait compter le double pour pouvoir s’offrir une place en latérales).

A défaut de pouvoir se rendre au stade, il était possible, depuis sa télévision, de constater que les 22 acteurs n’évoluaient pas à guichets fermés. En outre, « seulement » 23 270 supporters auront garni les gradins, nettement moins que les derbys des saisons précédentes et de la meilleure affluence de celle-ci. A titre de comparaison, la réception du Paris Saint-Germain au soir de la 6ème journée avait en effet affiché un record de 29 205 spectateurs (record établi à ce jour pour le Roazhon Park).

Une approche différente… :

Alors non, l’esprit du derby n’est pas mort, à l’instar de la pugnacité du RCK incarnant parfaitement son rôle de 12ème Homme, dans l’enceinte du stade comme depuis l’extérieur. Par ailleurs, dans le cortège organisé quelques heures avant le match, il se murmure qu’un un jeune joueur de l’Académie se soit joint au mouvement, pour marquer le coup. Deux tifos ont également été déployés par le kop. Le principal, couvrant toute la tribune et reprenant le personnage de “ça” est même classé deuxième dans le classement de la Grinta. Félicitations au RCK pour ce fabuleux travail, qui montre encore une fois sa grandeur sur la scène européenne en terme de créations.

Cette saveur toute particulière perdure évidemment chez les supporters tout comme au centre de formation, en témoigne le résultat des U19 Nationaux qui sont allés s’imposer du côté de Nantes ce week-end, sur le score de 5 buts à 1 (vidéo). De plus, peu de temps s’est écoulé depuis ces moments de communion entre les protégés de Guy Stéphan et des membres du Roazhon Celtic Kop après la victoire à la Piverdière contre la réserve Nantaise, l’année dernière.

Sur le fond, rien n’a changé depuis. Sur la forme, en revanche, la situation a quelque peu évoluée, le Stade Rennais a retrouvé cette saison le doux parfum de l’Europe auquel il ne s’était plus frotté depuis 7 longues années. Et évidemment, les ambitions se sont élargies. Cependant, « être performant sur tous les tableaux », comme annoncé par le Président O.Létang, ne veut pas dire oublier ses principes…

En conclusion, la dynamique actuelle n’aide pas certes, mais il n’en demeure pas moins qu’il reste le match à ne pas louper, même si Romain Danzé, blessé jusqu’à la fin de la saison, n’était pas là pour le rappeler. Le match de jeudi paraissait (il l’était-même) plus important, et il n’est pas sans penser qu’une victoire 3 jours plus tôt n’aurait pas donné lieu à cet article. Toujours est-il que les Rouge et Noir portent maintenant leur série à 10 matchs de suite sans défaite face au rival nantais ; on s’en contenterait bien… D’ailleurs, le prochain rendez-vous sera plus tôt que prévu puisque le tout récent tirage des 1/8e de finale de Coupe de la Ligue vient d’annoncer un nouveau derby, à domicile, courant décembre. 

 

Kévin

2 commentaires on “Le Derby aurait-il perdu de sa valeur ?

  1. Faut avouer que ça fait des années que ce derby a perdu de la valeur mais je dirai que c’est plus a cause du niveau de la ligue 1 que des 2 clubs même si les 2 clubs ont leurs parts de responsabilités.
    D’une part c’est a cause de la ligue 1 car a part le Psg Monaco (sauf cette année ) un peu L’Ol l’Om et St Etienne qui sont à peu près régulier sur ses 10 dernieres années en haut de tableau, tous les autres clubs soient stagne (Bordeaux Nantes Rennes Montpellier) soit galère (Caen par exemple ) ou des clubs qui font une grosse année et l’année d’après ils disparaissent (Lille Guingamp ). Tout ce contexte fait que les derbys perdent de la saveur car ce sont jamais des chocs sauf ses dernieres années Ol St Etienne.
    D’autre part Nantes depuis son dernier sacre ne fait que régresser et n’est jamais revenu a son lustre d’antan tandis que Rennes ben fait du Rennes… Beaucoup d’espoir en début de saison pour finalement finir le championnat dans le ventre mou au au mieux 8ème sauf l’année dernière ou ils accrochent l’Europe mais la ils le payent cash…..

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire ! Et c’est vrai que tous les derbys perdent un peu de leur saveur de manière générale en L1. Mais ne serais-ce pas non plus la faute à un manque de locaux ? Par exemple, dans le cas du Rennes/Nantes, Seuls Andre et des formés au club connaissent réellement cet enjeux (Gélin et Danze Absent, James sur le banc…) Côté Nantais Rongier le connait bien. En revanche Bourigeaud par exemple ou Grenier prennent conscience plutôt rapidement de ce match. Mais à l’inverse, beaucoup effectuaient leurs premiers derbys, et pas sur que Johansson, Sarr, Traoré, Del Castillo ou Koubek mesurent réellement l’importance de ce match pour les supporters…

      Romain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?