L’Europa League : Une bonne nouvelle ?

7 ans que Rennes attendait ses retrouvailles avec l’Europe. Le jeudi 20 septembre, le Stade Rennais remportait le premier match de son histoire en Europa League en battant Jablonec au terme d’un match plein de suspens.

Avec un groupe composé d’adversaires à la portée du club (Jablonec, Dinamo Kiev et Astana), Rennes serait bien inspiré de se qualifier pour la phase finale de l’Europa League. Cependant, le domaine sportif n’est pas la seule constante de cette campagne Européenne.

Quelle place donner à la compétition ?

Une participation en coupe d’Europe n’est pas anodine dans la vie d’un club et les équipes Françaises en savent quelque chose. Des fortunes diverses qui ont conduit les équipes de notre championnat à mieux considérer la coupe d’Europe au fil des années.

Les déconvenues de Lyon contre l’Astra Giurgiu, de Saint-Etienne contre Ejsberg, de Lille contre Qabala ou encore de Bordeaux contre Vidéoton plus récemment démontre les difficultés chroniques de nos clubs en coupe d’Europe.

Pour la 4ème participation en coupe d’Europe de son histoire, le Stade Rennais a clairement affiché sa volonté de bien figurer dans la compétition avec un recrutement ambitieux et donnant une autre dimension au club.

Un recrutement de choix plutôt apprécié, car les clubs engagés en coupe d’Europe font souvent preuve d’irrégularité dans leur championnat local ce qui peut nous amener à nous interroger sur la performance de l’équipe Rennaise sur le long terme .

Difficile de concilier championnat et coupe d’Europe …

Les matchs de coupe d’Europe ont une saveur particulière pour un club qui a trop peu disputé cette compétition dans son histoire. Rennes semble avoir réalisé la nécessité de “jouer le jeu” dans les compétitions Européennes malgré un manque d’expérience souvent visible. 2018 pourrait être la bonne année après notamment l’épopée de 1999 en coupe Intertoto ou la campagne de 2011 avec le match marquant face à l’Atletico Madrid.

Cependant, que ce soit pour Rennes ou les autres clubs Français, une participation en coupe d’Europe est souvent synonyme d’irrégularité au cours de la saison. Ce sont 7 matchs à disputer pour Rennes entre le 14 septembre et le 7 octobre. Le rythme effréné auquel sera confronté le Stade Rennais risque de lui coûter quelques points en championnat malgré un recrutement ambitieux.

Le risque en vaut la chandelle puisque le club n’a jamais réussi à se qualifier à l’issue de la phase de poule, objectif accessible au vu du groupe homogène dans lequel le stade Rennais est intégré.

Un mercato taillé pour l’Europe

Avec un recrutement jugé intéressant malgré le départ de certains cadres (Gnagnon, Prcic et Khazri), le club a donc clairement affiché son ambition en recrutant des joueurs aux profils intéressants mais surtout avec le potentiel nécessaire pour permettre au club de franchir un cap sur le continent Européen.

Si Rennes à su attirer dans ses filets des joueurs comme Clément Grenier ou Hatem Ben Arfa, il n’en reste pas moins vrai que ces joueurs ont aussi été intéressés par le projet sportif stimulant qui attend le club cette saison. Ces joueurs qui ont connu le plus haut niveau et les émotions des joutes Européennes n’auraient surement pas posés leurs valise dans la capitale Bretonne sans coupe d’Europe à la clé.

Si l’Europa League peut être une excellente opportunité pour nos recrues d’attirer les projecteurs et de se relancer, le recrutement effectué cet été se veut prometteur et doit permettre à Rennes d’exister dans une compétition Européenne (enfin).

La coupe d’Europe attire

Ce doux frémissement s’est lentement mis en place lors de la seconde partie de saison de l’an dernier, mais le stade Rennais a parfaitement su mettre à profit sa 5ème place accrochée la saison dernière.

Une douce euphorie s’est emparée du club, qui semble avoir été profondément modifié en interne depuis l’arrivée du duo Létang – Lamouchi.

La qualification du club en Europa League est directement lié à une hausse significative des abonnements pour la saison 2018-2019. En effet, la campagne d’abonnement s’annonce déjà historique avec le pallier symbolique des 10 000 abonnés atteints. Cela représente 20% d’abonnés supplémentaires par rapport à la saison précédente. Le club n’avait pas connu un nombre d’abonné aussi prolifique depuis la saison 2011-2012, année de la dernière participation du club en Europa League …

Des émotions … et des rentrées financières !

C’est une autre conséquence positive de cette qualification, le Stade Rennais va percevoir des rétributions financières non négligeables de sa participation à l’Europa League.

En plus des droits de diffusion télés et la billetterie, le club touchera 2,9 millions d’euros pour sa participation auquel vient s’ajouter 570 000 € par victoire et 190 000 € par match nul.

Enfin, le club sera crédité d’un million d’euros s’il finit premier de sa poule et 300 000€ s’il finit second, sans compter les éventuelles primes de qualifications pendant les tours de phase finale !

D’autres critères existent, comme une répartition corrélée par le classement par coefficient : ce classement se base sur les résultats obtenus en coupe d’Europe depuis 10 ans par les 48 clubs engagés en Europa League cette saison.

La rétribution est calculée par part de 71 340 € : le premier du classement aura 48 parts et le dernier une seule .

Que ce soit sur le plan sportif, financier ou encore sur la notoriété du club, le stade Rennais à tout pour tirer des synergies positives de cette campagne Européenne déjà historique pour le club.

Cependant la coupe d’Europe peut être la conséquence d’une irrégularité et de performances mitigées en ligue 1 selon le calendrier, mais comme on sait si bien le dire sur les bords de la vilaine : cette année c’est la bonne !

 

Marvin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?