Yann Gboho, en plein essor..!
Partager !

Alors que la lumière fut placée, à juste titre, sur la pépite rennaise E.Camavinga, Yann Gboho légèrement plus âgé (2001), a également su profiter de l’enchainement des matchs pour se révéler aux yeux du grand public. Il est aujourd’hui sous le feu des projecteurs et vient récemment de vivre les plus beaux moments de sa jeune carrière professionnelle.

Repousser, pour mieux sauter

Ceux qui l’auront vu évoluer dans les catégories de jeunes vous le diront ; Gboho peut être classé dans la catégorie « grand espoir du football français ».
Très attaché à sa famille, il avait notamment refusé l’INF Clairefontaine afin de rejoindre le centre de formation Rouge & Noir, à l’été 2016. On peut désormais considérer qu’il a effectué le bon choix, en ralliant la Bretagne. En effet, il fait maintenant parti de la génération dorée du club, étant déjà titré 2 fois Champion de France… U17 il y a 2 ans et U19 la saison passée.


Alors, si le jeune rennais promis à un grand avenir depuis son plus jeune âge ne démontre ses qualités “que maintenant”, c’est qu’il a fallu attendre son heure, malgré lui. En effet, apparu à 3 reprises dans le groupe de S.Lamouchi (sans jouer), il avait été victime d’une affaire le mêlant aux fichages ethniques du PSG avant de disparaître du monde professionnel, pour un court laps de temps… Une manière pour le club de protéger son joyau qui ne cesse de grandir.

S’affirmer, sans faire de bruit.  

Il lui aura suffit d’une entrée en jeu dans les derniers instants face à Toulouse, en octobre dernier (près de 3 mois après son 1er match pro lors du Trophée des Champions, défaite 2-1 vs le PSG), pour offrir quelques secondes plus tard la victoire aux Rennais et conquérir ainsi le Roazhon Park, sur son 1er tir en L1… devenant le 10eme plus jeune buteur de l’histoire du club par la même occasion.
Signe que le natif de Man (Côte d’Ivoire) n’a pas peur, à l’image de son jeu, tourné vers la prise de risques. Son profil correspond aux manques affichés cette saison en terme de percussion ainsi que sa capacité à faire le liant entre le milieu et l’attaque, qui en fait « une arme supplémentaire » pour l’entraineur rennais. Ce dernier ne cache d’ailleurs pas sa satisfaction : ” il est en train de bien progresser. Cela fait maintenant quelques semaines que l’on voit une bonne évolution à l’entrainement”.

Juste récompense donc, J.Stéphan décida de l’aligner d’entrée à Angers, en Coupe de France. Tout d’abord passeur pour Niang, puis buteur, il rédigea une copie quasi-parfaite en contribuant grandement à la qualification des siens.

Face à Nantes, il est entré en seconde période afin d’apporter ce brin de folie qui manquait cruellement à la rencontre. Une fois n’est pas coutume, il a su donner raison aux remplacements de J.Stéphan en repoussant les débats jusque dans le temps additionnel. D’un débordement côté gauche, il viendra fixer son vis-à-vis, avant de délivrer une passe décisive pour Bourigeaud.

Contre le LOSC, en revanche, l’adversité était toute autre. Bousculé, le Stade Rennais n’avait semble-t-il pas les moyens, quoique la seconde période était de meilleure facture, pour revenir au score. Gboho, quant à lui, trop esseulé comme lorsqu’il a tenté de partir le long de la ligne de touche en 1ere période, sortira après plus d’une heure de jeu délicate.

Quel avenir ?

Vous l’aurez compris, le Stade rennais détient là un talent dont la marge de progression est importante. Pour Jean-Luc Vannuchison sélectionneur en Equipe de France U18, « c’est un joueur qui sait faire des différences individuelles, mais il doit encore s’améliorer dans la dernière passe, la finition ou dans la gestion de ses matchs, car il dépense beaucoup d’énergie ».
Depuis, le duo Hunou-Niang ayant, par moment, montré certaines limites au niveau de la compatibilité, il a su tirer profit du temps de jeu qui lui a été accordé. Désormais plus qu’une alternative, il postule à une place de titulaire devant.

A ce jour, Gboho est sous contrat jusqu’en 2021, et aucune information ne filtre quant à une éventuelle prolongation. Un constat qui interroge les supporters rennais, pour qui la suite logique serait de continuer à grandir, pas à pas, au sein d’une institution qui progresse, elle aussi.

Pour autant, s’il n’a joué qu’une demi-heure contre Brest samedi dernier, et n’a pas participé à la rencontre de Coupe de France hier, nul doute qu’il ait à nouveau son mot à dire dans les prochaines semaines. A commencer par un déplacement à Reims, dimanche (17h)..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?