Un match bonus qui compte !
Partager !

Hier soir, le Stade Rennais avait la possibilité de conforter sa 3ème place sur le podium en jouant un match reporté de la 12ème journée, au stade des Costières. Face au Nîmes Olympique, récent vainqueur du Stade de Reims, la tâche s’annonçait ardue. En effet, les Gardois voulaient bonifier ce premier succès en renversant les Bretons sur leur pelouse. Si les Rouge et Noir n’ont pas forcément dominé les débats et ont montré quelques lacunes, le résultat est là : une victoire 1 à 0 ! Victoire ô combien importante dans la course aux places Européennes qui permet de distancer nos deux concurrents directs actuels, à savoir le FC Nantes et le LOSC.

Une première période en deçà des attentes

Plusieurs jours incertains, Mendy et Camavinga sont du déplacement. Mieux, c’est titulaire que nous retrouvons deux des joueurs majeurs du dispositif de Julien Stéphan. Même schéma tactique que face à l’OM mais trois changements sont opérés dans le 11 de départ. Joris Gnagnon est préféré à Jérémy Morel dans l’axe de la défense, Flavien Tait se place côté gauche et laisse Benjamin Bourigeaud sur le banc alors qu’Adrien Hunou, retrouve son acolyte M’Baye Niang au sein de l’attaque Rennaise. Une belle équipe sur le papier avec pour but d’enfin en marquer un, et de remporter ce match « bonus », comme l’a qualifié le coach Rennais en conférence de presse lundi.

Les Rennais le savaient. Un défi physique important les attendait dans cette rencontre. Les Nimoîs ont commencé fort cette partie, notamment en exerçant un pressing très haut. En gênant la construction du jeu qui part des défenseurs, le bloc Rennais se retrouve à jouer très bas. Trop bas. La défense semble fébrile et Maouassa comme Da Silva, concèdent des corners inutiles et autres touches dangereuses dans leur moitié de terrain. En surnombre dans l’entrejeu, les Crocos ne laissent que trop peu respirer les Bretons qui éprouvent toutes les peines du monde à trouver leurs deux attaquants.

Un manque de maîtrise criant chez nos Rouge et Noir, laissant de nombreuses opportunités d’attaque pour leur adversaire du soir. Raphinha a bien tenté quelques passes verticales vers l’avant mais la défense Gardoise veille au grain, à l’image du capitaine Briançon qui revient bien sur Adrien Hunou au quart d’heure de jeu. Malgré tout, la domination Nîmoise reste stérile. Ferhat, Philippoteaux ou Ripart, les forces offensives sont présentes mais pèchent dans le dernier geste. Multipliant les fautes, la solution pourrait venir des coups de pied arrêtés pour Rennes. Mais une fois de plus, la justesse n’est pas là. Malgré un meilleur dernier quart d’heure pour le SRFC, c’est sur ce 0 à 0 logique que les 2 équipes rentrent aux vestiaires.

Une deuxième période plus aboutie

A l’instar du match de vendredi dernier contre Marseille, les Rennais vont revenir avec de meilleures intentions sur le terrain. Briançon, véritable taulier de cette défense Gardoise, se blessera dès le début de la seconde période et devra laisser sa place à Loïck Landre. Une aubaine pour le Stade Rennais qui a eu tant de mal à contourner cette défense. Au fur et à mesure des minutes, le pressing Nîmois se fait moins intense, laissant des espaces se créer. Flavien Tait en profitera à plusieurs reprises, distillant de bonnes passes à ses coéquipiers.

A la 63ème minute, Adrien Hunou va redescendre très bas pour récupérer le ballon dans les pieds de Lucas Deaux. Hunou, Niang, Camavinga, le ballon traverse le terrain de droite à gauche et atterri dans les pieds de Tait. Ce dernier décide de centrer à l’opposé. Le défenseur Martinez tente de boxer le ballon de la tête mais il revient sur Adrien Hunou qui arme une volée monstrueuse. Imparable ! Très discret jusque-là, notre renard des surfaces a prouvé une fois de plus à quel point son intelligence de jeu dans ses déplacements était primordiale au Stade Rennais.

Quelques minutes plus tard, Nîmes perdra son attaquant Ripart, lui aussi sur une blessure musculaire. Un autre coup dur pour les Crocos. Par la suite, la défense Rennaise va se montrer solide à l’image d’un Edouard Mendy impeccable dans les airs. Le coach fera rentrer Siebatcheu et Gboho, probablement pour faire le break. Sans succès, malgré de bonnes percussions de Raphinha. Les Nîmois tenteront de revenir dans le match mais feront preuve de beaucoup trop d’imprécisions face au but pour espérer arracher le point du nul.

Avec 36 points au compteur, le Stade Rennais effectue son meilleur bilan à la trêve ! De plus, ce match « bonus » permet aux Bretons de ne pas être trop distancer par Marseille et laisse derrière eux Nantes et Lille, respectivement à 4 et 5 points. De bon augure pour cette deuxième partie de saison !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?