L’œil du Druide : Le derby Nantes-Rennes
Partager !

JOUR J JOUR DE VICTOIRE JOUR ROUGE & NOIR

Bon, je prends forcément un risque en écrivant ce titre « légèrement » arrogant au risque de nous porter la guigne. Mais qu’est ce qu’il est réaliste si on s’en tient aux derniers déplacements de nos soldats rennais chez le rival nantais. Un déplacement hors de Bretagne et à Nantes c’est toujours un plaisir, surtout quand la ligue ou la préfecture ne vient pas mettre son grain de sel.
C’est aussi une forte garantie de ne pas revenir bredouille, tant les plots Jaunes et Verts n’oseraient nous faire de l’ombre.

« – Pierre, quelle place à l’issue de la saison pour le Stade Rennais ?

– Ah 5ème et déjà la victoire sur Nantes va leur faire du bien donc 5ème ! »

Pierre Leconte dans l’émission Pleine Lucarne

Les scénarios d’un derby…

La Khazri démonstrada

0 – 3

Rennes déroule à La Beaujoire. Le match est contrôlé, engagé mais la hargne des cadres rennais voit le club bretillien se détacher très rapidement dans la partie pour mener 2-0 à la mi-temps par des buts de Khazri et Sakho. Un deuxième but de Khazri dans le dernier quart d’heure vient parachever le déplacement en terre promise.

 

Ranieri rit

1 – 1

Les locaux jouent costaud. Un but de l’inévitable Sala à la 70ème voit le FC Nantes accrocher l’éternel rival qui avait pourtant dominé tout le match avec 60 % de possession de balle mais cruellement stérile face à un bloc bien regroupé, récompensé tout de même par un coup de casque de Gnagnon. Un match nul qui maintient les jaunes dans la course à l’Europe.

 

Le come-back de Gourcuff

1 – 3

Je ne parle pas de papa mais bien du numéro 28 qui fait le « yo-yo » entre l’infirmerie, la chaise roulante, le banc et le pré. Oui, il est de retour ! Sa capacité à éclaircir le jeu d’une équipe est magnifique. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu un Yoann Gourcuff à ce niveau, cette époque où René Ruello le gratifiait d’avoir un Zidane dans chaque pied. On pensait que ça ne pouvait plus se produire, il l’a fait, il enchaine !
Le superbe ballon dosé pour le but de Bourigeaud contre Metz était un amuse-bouche. Deux passes décisives, un but, des gestes de classe : un match plein ! On croit rêver, et au meilleur moment.

 

Les canaris s’envolent

3 – 0

Peu de détermination, peu de conviction, de la suffisance, pas plus de révolte que contre Metz à domicile. La réaction n’a pas eu lieu. La frustration est importante. Non seulement la fessée fait mal mais les Nantais doublent les Rennais au classement et dans les têtes. La dynamique n’est plus, les supporters sont dépités. Sala, lui, améliore son compteur buts.

 

Une victoire à l’arrachée …

3 – 4

Un combat, semblable au duel entre les cheveux sales et les Rambos de NDDL ? Peut-être pire. L’agressivité est à son comble et les buts pleuvent dans ce match. Bourigeaud et Khazri font de nouveau un match plein. Zeffane est très bon, Gnagnon à bien affuté ses couteaux et Koubek est autoritaire. On s’attend à voir apparaître une charpente en plein milieu du pré avec des gazs lacrymo et des cocktails molotov… Non revenons au match, les 10 dernières minutes sont folles, Hunou clôt le spectacle par une tête plongeante entre les jambes du portier local. Le parcage est en folie, l’émotion est à son comble. Rennes à l’extérieur impressionne et poursuit son rêve d’Europe. Le discours du président aura fonctionné.

Allez, tous au stade, à Nantes, ça sera beau, on sera ensemble et surtout : chez nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?