SRFC-TFC : 3 POINTS POUR Y CROIRE UN PEU PLUS…
Partager !

Avant le coup d’envoi, le Stade Rennais restait sur un match nul difficilement obtenu à Nantes, en ayant joué en supériorité numérique pendant la 2nde période.

Nos Rouge & Noir ont évolué en 4-1-4-1, dans un système avec la même défense que lors du derby breton, mais un milieu avec les retours de André​, positionné axe droit, et de Sarr​, côté gauche. Sakho​ était donc sur le banc, tout comme Gourcuff​ ou encore Hunou​. A noter que Traoré​ n’est toujours pas apte à jouer et n’était même pas dans le groupe.

Du côté des violets, le 4-3-3 était à l’honneur. Le groupe de Mickael​ Debève​ étant au complet, le tacticien a pu mettre son équipe type, avec notamment Diop​, Imbula​, Gradel​ ou encore Delort​. Mubele​, prêté par le club bretilien, était quant à lui sur le banc.

Avant le coup d’envoi, 1 minute d’applaudissements a eu lieu en hommage à Henri Michel​.

Lors des 5 premières minutes, c’est les bretons qui ont eu la possession. En effet, les premières alertes sur le but d’Alban​ Lafont​ sont venues du côté gauche, par l’intermédiaire de centres de Sarr​ et Bensebaini​ en direction de Khazri​, sans succès. La 1ère frappe toulousaine arrive à la 7ème minute, par l’intermédiaire d’Imbula​ aux 25 mètres, mais largement à côté du but de Koubek​.

La 1ère très grosse occasion du match était rennaise. D’un magnifique extérieur du pied, Léa​ Siliki​ trouve Bourigeaud​, idéalement placé. Celui-ci centre pour Khazri​ aux 6 mètres mais l’international Tunisien loupe complètement sa frappe, qui ne décolle pas de son pied. C’était alors la 9ème minute de jeu.

Dans la foulée, les violets ont un contre, mais grâce dans un 1er temps à une tête de Bourigeaud​, bien revenu, puis d’un dégagement hasardeux des poings de Koubek​, les rennais ont pu se dégager.

Au fil du match, les locaux sont de moins en moins en vue, avec des passes imprécises notamment, malgré une volonté de pressing.

2 minutes plus tard, soit à la 17ème, c’est les toulousains qui ouvrent le score. Suite à une perte de balle au milieu du terrain de Léa​ Siliki​, qui réalisait jusque là un bon match, Sangaré​ décale sur le côté droit Sanogo​, qui en voulant centrer en retrait, voit le ballon être contré par le tacle de Gnagnon​ et lober de façon très chanceuse Koubek​, battu de peu. Les visiteurs ouvrent le score contre le cours du jeu malgré une légère baisse de régime de nos Rouge & Noir dans les 2-3 minutes avant le but. 0-1, 17ème.

Suite à un nouveau débordement Bensebaini​, l’international Algérien centre en direction de Khazri​ qui cette fois ne manque pas sa frappe, mais voit le jeune portier Lafont arrêter le ballon en 2 temps, c’était alors la 20ème minute.

Ce contre-son-camp de Gnagnon​ a fragilisé des bretilliens en manque de mouvement , à l’image d’un lob impossible tenté par Khazri​, 5 minutes après sa dernière occasion. A la demi-heure de jeu, les imprécisions rennaises se multiplient, la pluie faisant fuser les ballons.

Sur le côté gauche, Gradel​ adresse un centre en retrait à Sanogo​, qui loupe le ballon. 1-1 donc entre Khazri​ et Sanogo.​ .. au niveau des ratés, à la 33ème minute. 39ème minute de jeu, et Léa​ Siliki​ égalise. Tout part d’une très longue relance de Koubek​ à la main en direction d’André​, l’ancien ajaccien peut transmettre à Bourigeaud​ sur le côté gauche, qui a de l’espace mais voit son centre être contré dans un 1er temps par la défense toulousaine, avant que Bensebaini​ ne s’en saisisse ; l’algérien prend tout son temps pour distiller un magnifique ballon à Khazri​ au 2ème poteau qui remet en touche à Léa​ Siliki​ qui pousse le ballon au fond des filets. 1-1, 39ème.

Ce but remet du baume au cœur aux locaux et réveille par la même occasion le Roazhon Park. Dans la foulée de l’égalisation, les bretilliens ont un corner qui, mal renvoyé, arrive sur Bensebaini​. Le défenseur rennais ne se pose pas de question et tire en demi-volée du droit (lui qui est gaucher) mais malheureusement sa frappe est trop sur Lafont​, qui peut repousser le cuir. Alors que l’on jouait la 41ème minute, Sarr​ s’engouffre dans la surface grâce à un contre favorable mais voit le portier toulousain sortir dans ses pieds, de justesse.

Les 2 dernières occasions du match ont été pour Khazri​, tout d’abord sur un coup franc excentré côté gauche capté par le gardien des violets, puis par l’intermédiaire d’un pressing sur ce même gardien que l’international tunisien ne peut que dévier.

A la pause, c’est un score de parité avec une faible équipe toulousaine qui a marqué sur sa plus grosse occasion et une équipe rennaise à 2 vitesses.

A la reprise, aucun changement à noter des deux côtés. Une minute après la reprise, Bourigeaud​ donne l’avantage au Stade Rennais. Après un coup franc de Gradel​, le contre rennais s’enclenche : Prcic​, qui transmet à Sarr​, ce dernier dédouble alors avec Léa​ Siliki​ qui adresse un caviar au second poteau à Bourigeaud​ qui n’a plu qu’à pousser le ballon au fond des filets. Bis repetita du 1er but, 2-1, 47ème.

Dans la minute d’après, ça se chauffe entre Léa​ Siliki​ et Gradel​, qui écopent tous les deux d’un carton jaune .

Après ce but, les bretilliens mettent logiquement moins de pression mais ne sont pas pour autant plus inquiétés par le TFC.

A la 55ème, le premier changement rennais intervient, c’est Sakho​ qui remplace Danzé​, physiquement émoussé. C’est donc André​, qui récupère le brassard et le poste de « la Danze ».

Alors fraîchement repositionné, André effectue un amour de centre sans contrôle en direction de l’autre Benjamin, Bourigeaud​, mais il ne peut bien le reprendre. Suite à ce changement tactique, les joueurs de Sabri​ Lamouchi​ ont retrouvé la possession du ballon pendant une petite dizaine de minutes mais sans avoir d’occasion nette.

Le match devient alors de plus en plus terne, en effet, aucune des 2 équipes n’arrive à prendre le dessus : Rennes pour faire le break ou Toulouse pour égaliser. 65ème minute, et le premier changement de Mickael​ Debève s’effectue, c’est Imbula qui sort et le congolais prêté par le SRFC Mubele​, qui rentre. Diafra​ Sakho​ a ensuite sa 1ère occasion, une tête sur corner, mais largement hors cadre.

A la 69ème, le pressing de Bourigeaud​ est enfin payant, le dégagement de Julien​, contré par l’ancien Lensois arrive dans les pieds de Khazri​ aux 18 mètres qui, au lieu de tirer, hésite puis effectue une passe dans la profondeur au numéro 14 breton, hors jeu. Khazri​ a très mal joué sur ce coup là.

Dans les 30 secondes qui suivent, Léa​ Siliki​ voit rouge ! Sur une tête anodine, le jeune milieu rennais met le coude et prend un second carton jaune, laissant ainsi ses coéquipiers en infériorité numérique. Auteur d’un but et d’une passe décisive aujourd’hui, Léa​ Siliki​ avait jusque là été presque irréprochable.

Ce fait de jeu change les plans de Lamouchi​ qui fait rentrer Zeffane​ à la place de Sarr​, le message est donc clair : tenir !

Les toulousains ont alors une maîtrise du cuir mais sans être pour autant très dangereux à l’image d’une frappe de Mubele​ dans les panneaux publicitaires. Lamouchi​ effectue alors son dernier changement, c’est Mexer​ à la place de Prcic​.

Lors des 10 dernières minutes de jeu, hormis une situation de Gradel​ à la 84ème minute de jeu et des corners qui n’ont rien donné, les violets n’ont pas réussi à revenir. Côté rennais, Khazri​ a eu une situation de 1 contre 1 mal négocié, par manque de lucidité. Score final 2-1.

Encore une équipe rennaise à réaction, mais qui a tout donné à 10 contre 11 à l’image des kilomètres parcourus par Khazri​ et Bourigeaud​ notamment. Grâce à ce résultat les hommes de Lamouchi​ reprennent à l’OGC Nice la 6ème place grâce au goal average.

Malgré ce match difficile, le Stade Rennais a dominé techniquement mais pas au niveau des statistiques son adversaire du jour :

Sabri​ Lamouchi​ quant à lui, est satisfait du résultat :

Le SRFC a confirmé, il reste 3 matchs, 3 finales, 3 victoires ! Et allez Rennes !

Ewen Le Tual/@ewen_srfc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?